Séminaires

Depuis la fondation de la branche sacerdotale des Hérauts de l’Évangile, une partie consistante des efforts relatifs à la formation à été consacrée à l’enseignement des candidats à la prêtrise. Sont ainsi nées les maisons de formation sacerdotale, également connues comme séminaires, où est offerte une triple formation, humaine, académique et spirituelle, le tout selon les caractéristiques qui sont propres au charisme spécifique de l’institution.

Études…

Les premiers séminaristes ont pu bénéficier de l’enseignement des meilleurs professeurs de l’époque à Sao Paulo, au temps du cardinal Archevêque Claudio Humes, qui les avait recommandés personnellement. Peu à peu, les Hérauts ont pu former leur propre corps enseignant, pouvant ainsi garantir à leurs élèves une formation chaque fois plus adaptée aux besoins de l’institution et du charisme.

Vie communautaire…

Le séminaire, toutefois, ne se borne pas à un simple cours de formation: il est indispensable d’avoir aussi une vigoureuse expérience pastorale, et de savoir se rendre utile à l’accomplissement des tâches de la vie communautaire. À tour de rôle, les séminaristes alternent donc leurs études scolaires avec l’éducation physique, l’entretient de la maison et du jardin, le ménage et la cuisine… et, bien sûr, l’apostolat.

… et pastorale

En effet, durant les vacances (où les activités évangélisatrices des Hérauts s’intensifient), la vie des séminaristes s’oriente beaucoup plus directement sur l’action pastorale, qui leur sert d’expérience, sous la direction de formateurs chevronnés. Entre autres, ils auront l’opportunité de réaliser de multiples missions d’assistance aux plus démunis, dans des orphelinats, des hôpitaux, des « favelas » (bidonville); ou bien des « Missions Mariales », des stages à la « Chevalerie de Marie »; ou, finalement, en participant à l’organisation des « cours de vacances », et de la préparation artistique ou logistique des mêmes.

Sélection rigoureuse

Le processus de discernement en vue du sacerdoce est l’objet d’une attention toute particulière de la part des formateurs et responsables. Chaque candidat est suivi de près par des Hérauts expérimentés dans ce domaine, qui l’aident à établir son propre discernement. En plus, en vue de chacun des pas vers la prêtrise, des enquêtes confidentielles sont réalisées auprès des responsables, formateurs, professeurs, et même certains collègues, selon un procès qui, dans le langage canonique, est appelé « scrutin ».

Formation soignée

Ainsi, seulement une partie de ceux qui entrent au séminaire sera ordonné; et pourtant, tous sont appelés à conclure – dans la mesure de leurs capacités et de leur disponibilité – la formation académique complète: trois ans de philosophie et quatre ans de théologie. En effet, le fondateur insiste ardemment sur le fait que tous les Hérauts, sans exception, aient une excellente formation académique – surtout, mais pas seulement, en philosophie et théologie – de manière à exercer leur apostolat de façon plus profonde et efficace.

Délais

En général, les diacres attendent au moins un an, voire deux, avant d’être ordonnés prêtres, car une expérience pastorale profonde et solide est une exigence primordiale. Et, sauf de rares exceptions, les Hérauts n’ordonne jamais un prêtre au-dessous de trente ans; une vocation sacerdotale doit être fermement ancrée dans la persévérance et la maturité d’une vie communautaire, vécue de manière sérieuse et conséquente.

Les ordinations sont, naturellement, un moment de bonheur spécialement intense pour tous les membres de la grande famille des Hérauts de l’Évangile, puisque de toute part les ex-professeurs, les anciens amis de classe et surtout les familles se rencontrent dans une ambiance remplie de joie spirituelle.